5 métiers du numérique appelés à se développer fortement

Bien qu’ils ne soient pas les seuls, les métiers du Web apparaissent comme une source importante des recrutements à venir. Après deux ans de crise sanitaire, de nouvelles tendances se dégagent et permettent d’anticiper les secteurs qui seront les plus porteurs dans 5, 10 ou 30 ans. Alors quels métiers d’avenir quand on commence des études dans le Web ? Digital School of Paris essaie de vous éclairer …


Si les études sur le marché de l’emploi de demain se multiplient en France comme dans tous les autres pays du monde, c’est non seulement pour s’assurer de l’optimisation de la productivité des acteurs économiques d’une part mais aussi de vérifier l’adéquation entre les études supérieures, suivies par les jeunes d’aujourd’hui et les perspectives en matière de besoin des entreprises dans les années à venir. C’est l’objet même de la dernière grande étude sur le sujet, réalisé conjointement par la DARES et France Stratégie, publiée il y a quelques semaines : Métiers 2030 – Quels métiers en 2030 ?

Cette étude peut certes renforcer les étudiantes et les étudiants choisissant de rejoindre la Digital School of Paris pour devenir Expert du Web, tant la transformation numérique est appelée à s’accélérer dans les années à venir. Mais elle confirme aussi l’émergence de besoins importants en ce qui concerne la seconde mutation profonde de notre société : la transition énergétique. Cependant, l’analyse met également en évidence une évolution des perspectives en matière d’emploi, évolution liée plus ou moins directement à deux années de  crise sanitaire, que le monde vient de traverser (et qui n’est certes pas terminée).

 

Une nouvelle façon de concevoir le travail préalable à la découverte des nouveaux métiers

En effet, deux ans de crise sanitaire ont profondément impacté le quotidien des entreprises mais aussi le marché du travail. La généralisation du télétravail a représenté la principale conséquence visible par toutes les parties prenantes. Selon les chiffres de l’INSEE, un tiers des salariés a dû apprendre à travailler à distance pendant un temps plus ou moins long. Mais l’étude souligne aussi, qu’un second tiers de la population active a dû continuer à se déplacer pour travailler, rappelant ainsi l’importance de certains types de métiers pour lesquels l’opinion publique n’avait pas (ou plus) conscience.

Si certaines missions peuvent être effectuées indépendamment du lieu d’exercice, d’autres en revanche sont par nature inflexibles dans leur modalités d’exercice, et on pense immédiatement aux professionnels de santé. Le télétravail ne constitue pas un simple changement des habitudes mais implique une profonde transformation du management en interne.

De la surveillance quotidienne, l’entreprise évolue (ou à déjà évolué) vers un « management des résultats». Une autre conséquence de ce télétravail réside dans la prise de conscience des entreprises, qui peuvent désormais optimiser les coûts (le télétravail a engendré une réduction de la surface de locaux professionnels nécessaires et donc des dépenses liées à la location ou à l’achat de ces locaux).

En rendant le télétravail accessible, la crise du COVID-19 a ainsi conduit de nombreux acteurs économiques à accepter l’idée de déléguer des tâches à forte valeur ajoutée même à distance. Si cette tendance se confirme (et l’étude tend à confirmer cette hypothèse), la hausse continue du nombre de travailleurs indépendants devrait donc s’accélérer. Plus que de nouveaux métiers, c’est aussi une nouvelle façon de travailler qui s’impose peu à peu.

 

Au-delà des métiers du Web, de nouveaux besoins apparaissent et/ou se confirment

D’un autre côté, les deux années de crise sanitaire ont mis la lumière sur tous les métiers qualifiés maladroitement d’ »essentiels ». Il s’agit des métiers non délocalisables, dont nous avons tous besoin au quotidien, et qui nécessiteront de nouveaux profils dans les années à venir. Au-delà du domaine du soins ou des services à la personne, on peut souligner l’importance du commerce, des livreurs, des artisans, …. Leur rôle est appelé à se renforcer après cette prise de conscience, même si dans ces secteurs également des évolutions structurelles sont attendues.

N’est-ce pas l’ambition même du gouvernement, lorsque ce dernier initie le CNR Santé avant de lancer une révolution de l’organisation de la santé en France (prévue en 2023). Comme nous l’avons déjà évoqué ci-dessus, la transition écologique constitue à elle seule un important viviers d’offres d’emplois dans les années à venir. Au niveau mondial, une récente étude de l’ONU estime que la lutte contre le réchauffement climatique devrait créer 18 millions de nouveaux emplois d’ici 2030.

Pour l’ADEME, la création d’emplois en France est évalué à 340.000 en 2030 et 900.000 en 2050. Ce survol sommaire et rapide des perspectives participe à l’ambition du gouvernement d’atteindre le plein-emploi avant la fin de la décennie, 2027 pour être précis. Il ne doit pas masquer cependant la très forte contribution que l’écosystème du numérique est appelée à prendre dans cette évolution.


Les métiers du numérique de demain, un secteur en tension et des opportunités multiples

En pleine crise sanitaire, les recrutements dans le secteur du numérique ont progressé de 7 % (entre juin 2020 et juin 2021) selon les données publiées par Pole Emploi, et les entreprises éprouvent de plus en plus de difficultés à trouver les profils les plus adaptés à leurs exigences (61 % des entreprises). Cette tension entre l’offre et la demande devrait s’accentuer dans les années à venir soulignent tous les observateurs. Certains secteurs d’activité sont plus concernés que d’autres, puisqu’appelés à se développer encore plus rapidement.

 

1. Le Cloud Computing

Bien évidemment la généralisation du télétravail explique en partie l’explosion des besoins en spécialistes et experts de l’informatique en nuage. Au-delà des seuls outils collaboratifs nécessaires à cette distanciation physique, les acteurs économiques plébiscitent aussi l’agilité, la flexibilité et l’efficacité des solutions Saas (Software As a Service). Du responsable DevOps à l’ingénieur Cloud Computing, les offres de recrutementsont appelées à se multiplier

 

2. L’intelligence artificielle  

Indissociable de la Data, le domaine de l’intelligence artificielle offre d’innombrables opportunités pour les entreprises, dont certaines n’émergeront que dans les années à venir. Du domaine de la santé à celui de l’industrie, l’Intelligence artificielle conduira à l’automatisation de certaines tâchestout en faisant naître de nouvelles missions à très forte valeur ajoutée. C’est à cette mission que devront répondre les consultants IA, Data Scientist, ….

 

3. Le développement Web

Parce que le Web 3.0 ou le métaverse ouvre de nouvelles perspectives de développement dans bien des secteurs, les entreprises doivent pouvoir s’en saisir. Les métiers du développement Webcontinuent et continueront à représenter un besoin essentiel pour tous les acteurs économiques. D’autant plus que l’intelligence artificielle combinée à la Big Data engendre de nouveaux outils, de nouveaux besoins, qu’il faudra concrétiser. Les architectes Web, les développeurs, les intégrateurs, … resteront des profils fortement plébiscités par les entreprises. Il en va de même de tous les métiers liés à la Cybersécurité, dans la mesure où il faut non seulement se préserver des cyber-attaques qui se multiplient mais aussi satisfaire à l’une des principales attentes des citoyens : une fiabilité et une sécurité optimale.

 

4. Le marketing digital

La crise sanitaire a mis en évidence l’importance du numérique pour tous les secteurs d’activité et pour toutes les entreprises. Le digital a ainsi pu permettre à certaines entreprises de maintenir un niveau d’activité suffisant pour surmonter cette période difficile. Le marketing digital ou Webmarketing constitue ainsi la voie privilégiée pour attirer, séduire et transformer les prospects.  Et l’accentuation d’une concurrence exacerbée conférera encore plus d’importance à ces métiers du Webmarketingdans les années à venir tant dans le domaine du Growth Hacking que pour ce qui concerne le SEO ou le SEA.

 

5. Les ressources humaines

Il résulte de toutes ces analyses, que les entreprises, indépendamment de leur secteur d’activité, connaitront de plus en plus de difficultés pour attirer les profils les plus prometteurs. Les pénuries de compétences constituent une menace pour le développement de ces acteurs économiques. Aussi, les métiers liés aux ressources humaines prennent une place considérable, que ce soit en identifiant mieux les nouveaux canaux de recrutement mais aussi pour mettre en place des stratégies pour « fidéliser » les collaborateurs. Du recruteur IT au Talent Acquisition, ces métiers des ressources humaines nouvelle génération constituent un socle pour construire la réussite de demain.