Quelles études entreprendre pour les métiers du numérique de demain ?

Traditionnellement, on choisissait ses études supérieures avec l’objectif de pouvoir occuper une fonction, postuler à un métier bien défini. Mais quand près de 9 métiers sur 10 de demain n’existent pas encore aujourd’hui, les étudiantes et étudiants doivent anticiper les changements à venir et appréhender les secteurs les plus porteurs en termes d’opportunités de carrière. Quels seront les métiers du numérique les plus recherchés en 2030 ou en 2050 ? Bien que personne ne puisse répondre avec précision à une telle interrogation, Digital School of Paris essaie de dresser les grandes lignes d’un avenir encore incertain.

 

  1. Le numérique, une transformation impactante pour tous les secteurs d’activité
  2. Formation initiale et formation continue au service d’une société des compétences
  3. Étudier dans le numérique un tremplin pour les métiers de demain  
  4. Quels seront les métiers d’avenir ?
    1. Le développement Web
    2. Webmarketing
    3. Data et IA
    4. Cybersécurité

 

 

Les métiers du numérique bien au-delà d’un secteur d’activité !

On évoque souvent « les métiers  du Web » ou « les métiers du numérique » envoyant à  un secteur d’activité, alors que la réalité se révèle bien différente. Bien évidemment, quand un étudiant entreprend de suivre un cursus ou un autre dans notre école du Web de Paris, c’est notamment pour pouvoir prétendre occuper un de ces nouveaux métiers, qui participent à transformer notre avenir et notre quotidien. Bien que la Digital School of Paris assure à ses étudiants une immersion complète dans l’écosystème du numérique, elle les accompagne également à prendre conscience que le numérique constitue une filière transverse, impactant non seulement tous les secteurs d’activité mais aussi toutes les fonctions support de l’entreprise d’aujourd’hui.

Vouloir devenir un Expert du Digital ne mène pas nécessairement à devoir envisager sa carrière dans une start-up mais peut conduire à prétendre occuper des fonctions aussi diverses que nombreuses. La transformation numérique a fait naître (et la tendance perdurera) de nouveaux besoins, de nouveaux usages et de nouvelles habitudes, auxquelles il faut répondre. La distribution multicanale, la digitalisation des échanges, … ont déjà fait émerger cette recherche de nouvelles compétences au sein des acteurs économiques, qu’ils soient innovants ou plus conventionnels. L’intelligence artificielle, la virtualisation, le Big Data, … promettent une poursuite de ces transformations.

Du marketing Digital à la gestion des ressources humaines, la révolution numérique a profondément transformé le marché du travail, et ce pour toutes les fonctions, tous les métiers.

 

Avec la transformation numérique, une nouvelle approche des études et de la formation

Non seulement, ces évolutions évoquées ci-dessus ont profondément transformé le marché de l’emploi, mais elles se sont accélérées. Si de nombreux métiers émergent, d’autres sont ainsi appelés à apparaître dans les années à venir. Une étude de 2017, réalisée par Dell et par l’Institut du Futur, soulignait que 85 % des métiers de demain n’existaient pas encore aujourd’hui. Cela implique, depuis plusieurs années, une véritable révolution en matière de projet professionnel. Nous sommes passés d’une société des métiers (autrefois, les étudiants se destinaient à une carrière en ciblant une fonction spécifique) à une ère des compétences. Le glissement n’est pas que sémantique, et oblige à changer d’approche quant au choix des études supérieures et quant à l’importance de la formation professionnelle. Formation initiale et formation continue doivent permettre à chacune et à chacun de pouvoir changer de métier au cours de leur vie professionnelle. Même au cours des études supérieures, les étudiantes et étudiants sont formés à cette évolution continue, à cette nécessité de gagner en compétences tout au long de sa vie professionnelle.

L’obsolescence des compétences, bien plus rapide aujourd’hui qu’il y a une décennie,  oblige chacun à conserver en mémoire ces nouvelles exigences.

 

Des études supérieures dans le numérique pour pouvoir occuper les nouveaux métiers de demain

Le marché du travail a évolué, et les études supérieures se sont donc adaptées pour répondre à cette transformation. Lors de leur prise de décision pour leur orientation, les étudiants considèrent les opportunités de chacun des secteurs en fonction de leurs propres aspirations. Ils tiennent désormais compte de la multiplication de plus en plus rapide de ces nouveaux métiers, en sachant qu’ils devront y répondre. Aussi avant de pouvoir se décider pour un cursus axé sur le  développement Webb ou privilégier des études consacrées à la Cybersécurité, ils doivent donc avant tout sélectionner le domaine des compétences, sur lesquelles ils seront appelés à évoluer tout au long de leur carrière professionnelle. Une question guide alors leur choix : quels seront les métiers les plus porteurs dans 5, 10 ou 20 ans ?


Comment se projeter et identifier les nouveaux besoins dans le domaine du numérique ?

Par définition, les nouveaux métiers de demain ne peuvent être connus avec précision. Si tous les secteurs d’activité sont susceptibles de faire émerger de nouveaux besoins, la filière du numérique constitue néanmoins la source la plus prometteuse, à en croire les spécialistes et les observateurs. Comme nous l’avons détaillé ci-dessus, toutes les fonctions dans tous les secteurs d’activité sont susceptibles d’être concernées. Bien qu’il soit impossible d’en dresser une liste détaillée et exhaustive, on peut néanmoins identifier  4 grands domaines, dans lesquels de nouvelles compétences se font déjà sentir, en laissant présager d’une poursuite de cette évolution dans les années à venir. 4 grands domaines du numérique, appelés à connaitre la multiplication de nouveaux métiers.

 

1.    Le développement Web pour une transformation numérique totale

Transformation numérique oblige, le développement Web constitue une opportunité pour tous les étudiants et étudiantes s’y destinant. Depuis l’avènement de la Toile, les développeurs Web représentent une des premières recherches de compétences de la part des entreprises, et selon les données de l’APEC, le recrutement de spécialistes du code devrait bondir de 27 % d’ici 2024. Développeur Web ou d’application, Architecte Web ou responsable réseau,  développeur front end ou back end, … les spécialités se multiplient, et les exigences pesant sur ces professionnels ne cessent de se renforcer. Quel que soit le terme qui sera utilisé, le développeur Web de 2030 ne ressemblera pas à celui de 2000 ou de 2010 ? Nul doute cependant, que la multiplication des projets des acteurs économiques  figurent le futur du métier de développeur ou d’architecte Digital.  

 

2.    Commerce et marketing 2.0, le socle du développement pour tous les acteurs économiques

Le Webmarketing a permis l’émergence de Pure Player, mais aussi ouvert la voie de la diversification à des acteurs plus traditionnels. Désormais, la distribution multicanale ou cross canal a amené aux nouveaux fondements du Marketing Digital. Une transformation, appelée à faire place à de nouveaux outils, initiés par l’Intelligence artificielle ou encore le Big Data (voir ci-dessous). Du marketing prédictif au marketing d’influence, cette dimension commerciale de la transformation numérique fait toujours partie des secteurs prioritaires pour les acteurs économiques, puisqu’elle en conditionne le développement à court et moyen terme. Ainsi, le choix d’un mastère Digital Marketing, un titre reconnu comme de niveau BAC + 5, prépare ces futurs marketeurs 2.0 à s’adapter à ces inéluctables évolutions.

 

3.    Big Data et Intelligence artificielle, les métiers de demain pour imaginer notre futur

Si le Big Data est bien une réalité quotidienne dans un grand nombre d’entreprises,  cet univers de la donnée (la Data) est appelé à connaître une véritable révolution avec la convergence de l’intelligence artificielle et du Machine Learning. Cela ouvre de nouvelles perspectives, en permettant notamment :

  • Une capacité d’analyse toujours plus importante, autorisant des progrès significatifs notamment en ce qui concerne les analyses prédictives,
  • Une extraction de données (quel que soit le domaine concerné) plus aisément exploitables par les algorithmes.

De la virtualisation du quotidien, et l’émergence du métaverse n’en est qu’une illustration parmi tant d’autres, à la robotisation et l’automatisation des tâches, cette convergence doit être renforcée et accompagnée, appelant ainsi l’apparition de nouveaux métiers.

 

4.    La Cybersécurité, la réponse à une menace de plus en plus pressante

Outre la digitalisation de nos économies, faisant apparaitre de nouvelles menaces plus réelles que virtuelles, le besoin de protéger le développement de nos économies s’accroit aussi en grande partie en raison des interconnexions de plus en plus nombreuses. Si on estimait, à la fin de l’année 2019, le nombre d’appareils connectés à 7.6 milliards, ce nombre pourrait bondir à 24 milliards à l’horizon 2030.

Une prolifération d’interconnexion, qui engendre autant de nouvelles menaces, contre lesquelles toutes les entreprises doivent veiller à se prémunir. Non seulement, la Cybersécurité reste indispensable pour garantir un développement ambitieux pour les entreprises, mais elle constitue également un enjeu essentiel en termes d’image de marque. En d’autres termes, la Cybersécurité n’est plus considérée comme un simple outil de protection contre les attaques virtuelles, mais elle est désormais intégrée pleinement à la stratégie de développement des entreprises. 

 

Ces 4 domaines devraient concentrer une grande partie des nouveaux métiers du numérique de demain, même si bien d’autres fonctions seront également impactées comme les ressources humaines notamment. En outre, parce que ces nouveaux métiers d’avenir répondent aux attentes d’un « nouveau monde », les métiers du Digital en général ne seront pas épargnés par une nécessaire remise en cause et une indispensable prise en compte d’une autre transformation toute aussi essentielle : la transition écologique. Un avenir plus responsable grâce au numérique, voilà un autre objectif, qui sera à l’origine de nombreux métiers qu’il reste, aujourd’hui encore, à inventer.