Quand les entreprises doivent soigner leur image pour recruter

Aujourd’hui, le rapport entre candidats et recruteurs a profondément changé surtout en ce qui concerne les métiers du Web. Les entreprises doivent ainsi apprendre à se faire plus attirantes pour recruter les profils tant convoités.


L’entreprise, un employeur apprécié par une majorité des collaborateurs

Aujourd’hui, les relations entre entreprises et collaborateurs a radicalement changé. Bien que la transformation digitale ne puisse pas être écartée pour expliquer en partie ces changements, cette transformation du marché du travail résulte également d’une profonde mutation de nos sociétés. Travailler représente bien plus qu’un moyen de subsistances, et de plus en plus d’étudiants, issus de l’école du web de Paris ou de toute autre université ou grande école, cherchent du sens à leur activité professionnelle. Force est de constater, que ces relations salariés – entreprises sont de plus en plus apaisées, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Ainsi, à l’occasion de la Fête des entreprises (17 octobre), un sondage de l’Institut OpinionWay soulignait que 64 % des Français déclaraient « aimer leur entreprise », et le taux bondit même à 80 % pour les structures de moins de 10 salariés (contre 61 % pour les entreprises de 250 à moins de 5.000 collaborateurs).   Mais avant d’apprécier son employeur, encore faut-il bien le choisir, et en la matière, les jeunes générations se montrent de plus en plus exigeantes.

 

Quand le Branding impose aux entreprises de séduire leurs futurs collaborateurs

Pour l’entreprise, la recherche de nouveaux collaborateurs commence toujours par l’identification des missions à mener et donc de la définition d’une véritable fiche de poste pour les futurs candidats. S’agissant des métiers du web, ces fiches de poste sont de plus en plus exigeantes avec des compétences de plus en plus pointues. Un étudiant obtenant un titre d’Expert Digital UX – UI Design devra faire face à des attentes bien plus spécifiques qu’un Webdesigner recruté il y a une dizaine d’années,  par exemple.

Parce que la spécialisation est de plus en plus pointue, et que la prévision de la multiplication des nouveaux métiers implique que la tendance n’est pas prête de s’inverser, chaque entreprise doit donc redoubler d’imagination pour se démarquer de la concurrence, afin de « recruter » ses nouveaux collaborateurs. Il en va de la concrétisation des projets et des plans de développement. En d’autres termes, les entreprises s’efforcent désormais d’appliquer les mêmes techniques utilisées par le Webmarketing s’agissant d’attirer les étudiants.

 

Les étudiants en formation numérique en attente d’une considération accrue

Parce qu’il a obtenu un diplôme BAC +5, et qu’il sait que ses compétences spécifiques vont permettre à l’entreprise de se développer, l’étudiant(e) titulaire d’un titre d’Expert Digital  Blockchain  ne se contente plus des seules conditions de rémunération pour choisir son futur métier, d’autant plus qu’il sait qu’il sera amené à envisager une ou plusieurs reconversion(s) professionnelle(s) au cours de sa vie active. Il se montre plus exigeant, notamment en ce qui concerne le sens porté par le travail qu’il va occuper, les conditions de vie et la possibilité de favoriser son développement personnel, mais aussi par les perspectives d’évolution, permises par ce nouveau métier.

C’est aux entreprises d’y répondre, et les initiatives constatées ces dernières années sont aussi nombreuses que variées. Aménager un cadre de travail agréable, proposer des équipements et/ou des dispositifs plébiscités par les étudiants (salle de sport, possibilité de télétravailler, …), des conditions de travail optimisées pour le confort de chacun (service de garde pour les jeunes enfants au sein même de l’entreprise, service de conciergerie, …). C’est en soignant leur image de marque, qui n’est pas si éloignée que cela du Brand Management, que ces entreprises espèrent donc attirer les profils les plus prometteurs.

Bien que cela représente un investissement, matériel et financier, les acteurs économiques bénéficient de retombées positives avec une image d’ »employeur modèle ». D’autres entreprises peuvent aussi faire un choix différent pour s’assurer de recruter les futurs experts du Web de demain, en les accueillant au sein de leur structure au commencement même de leur cursus. Cela explique en partie le développement important de l’alternance dans les études informatiques.

Dans les deux cas, l’entreprise et l’étudiant sont gagnants, puisque la motivation originelle (attirer les étudiants en répondant à leurs attentes) permet de mieux prendre en compte les  exigences des recruteurs afin de les concilier aux choix de vie des étudiants. Une tendance, qui  devrait donc prendre encore de l’ampleur dans les années à venir, tant les tensions  sur certains métiers du web vont s’intensifier.

 

Et vous, avez-vous conscience de ce changement de paradigme, avec des entreprises soucieuses de se révéler plus attirantes ? Comment peut-on aller encore plus loin ? Et jusqu’ou ?