Esprit start-up, une vision fantasmée ou une réalité des métiers de demain ?

On l’entend à longueur de journée, et pourtant nous sommes peu nombreux à vouloir trouver des explications plus précises. L’esprit start-up serait bénéfique à la croissance des entreprises ? Mais de quoi s’agit-il exactement ?


Esprit start-up ou pas, pourquoi se poser la question ?

Qui n’a jamais entendu glorifier « l’esprit start-up » sans savoir exactement ce qui se masquait derrière cette appellation bien trop générique ? Les étudiants, se destinant aux métiers du web de demain, se projettent bien en imaginant leur avenir dans une start-up, qui n’attend qu’à être créée. Lieu de créativité et de relations hiérarchiques plutôt « cool », la start-up nourrit l’imaginaire et suscite bien des fantasmes.

Et pourtant, la start-up n’en reste pas moins une société en phase de développement. Cette appellation, littéralement « jeune pousse », concerne plus précisément l’univers du Digital, puisque par nature la start-up est promise à un fort potentiel de croissance. Pour autant, peut-on réellement parler d’esprit start-up, et si oui quelles en sont les éléments constitutifs ? Une question essentielle, à laquelle la Digital School of Paris a souhaité essayé d’apporter une réponse.

 

L’esprit start-up, un atout pour réussir sur le marché du travail de demain ?

Comme dans toute entreprise, les talents les plus confirmés, comme ceux liés à la Blockchain ou encore à l’Intelligence Artificielle, restent des profils très recherchés dans les start-ups. Mais ces dernières misent aussi beaucoup sur la créativité, une qualité qui permettra de faire la différence avec la concurrence notamment. Être créatif serait donc un des critères définissant cet esprit start-up, et ce indépendamment de sa spécialisation ou de son niveau de formation.

Une autre idée, qui se confirme au quotidien, réside dans l’ambiance plus détendue régnant dans ces entreprises innovantes. La hiérarchie existe certes, mais il n’est pas rare que le tutoiement soit de rigueur, et que chaque collaborateur interpelle le créateur de l’entreprise par son simple prénom. Il ne s’agit pas de s’affranchir de toutes les règles hiérarchiques mais bien d’adopter une autre forme de management, qualifié d’agile par les spécialistes. L’aspect cool et motivant caractériserait donc bien cet « esprit start-up ».

De ces deux premiers constats nait le troisième, puisque dans une start-up, la simplicité s’impose dans l’organisation du travail. Un Webdesigner pourra participer au benchmarking organisé par les spécialistes Webmarketing. Les limites sont repoussées, et le travail devient une véritable source d’inspiration et de développement personnel.


Intégrer une start-up, un pari ambitieux pour les étudiantes et les étudiants d’aujourd’hui

L’esprit start-up se caractériserait donc par un sens créatif développé, une organisation plus souple et des méthodes de travail plus participatives.   On comprend donc mieux, pourquoi les étudiants et étudiantes de la Digital School of Paris ambitionnent de franchir le pas. Mais intégrer une start-up, c’est aussi rejoindre une entreprise présentant un fort potentiel de développement et se consacrant, la plupart du temps, à des secteurs innovants.

Cette ambiance apparemment détendue ne doit pas masquer, que les candidats doivent faire preuve de compétences et d’un savoir-faire à forte valeur ajoutée. Et parce que le mode de fonctionnement d’une start-up est si particulier, les candidats doivent eux-aussi connaître et être réceptif à ces méthodes agiles de management. Être un expert reconnu dans leur domaine de spécialisation, tout en étant un véritable touche à tout des technologies du Digital, voilà une autre exigence des start-ups, si on se place du côté des étudiants. Enfin chercher à vivre cet esprit start-up amène les candidats à intégrer une entreprise dont le potentiel de développement est immense, ce qui implique aussi une très forte charge de travail.

C’est donc à toutes ces problématiques, que se confrontent les étudiants et étudiantes de l’école du Web de Paris. Nous assurons cette double compétence, visant à acquérir une spécialité bien définie et bénéfique à l’entreprise sans pour autant négliger le travail d’équipe, les efforts communs et la vision globale de l’écosystème du Digital. La Digital School of Paris a depuis longtemps adopté cet esprit start-up, et les babyfoots présents sur notre campus en sont une trace incontestable, si tant est que la table de ping-pong et le babyfoot fassent partie de l’esprit start-up ?

 

Et pour vous, qu’est-ce que l’esprit start-up ? Avez-vous des expériences à partager en la matière ou des pistes de réflexion ?