Comment signer un contrat après avoir obtenu son diplôme ?

C’est la quête ultime des étudiantes et des étudiants. Après leurs études supérieures dans le Digital, ils entendent bien décrocher un premier emploi, répondant à leurs ambitions. Et pour mettre toutes les chances de leur côté, les étudiants doivent comprendre les différents aspects étudiés et analysés par les recruteurs. 


Décrocher son premier emploi après l’obtention de son diplôme  

Lorsque les étudiants obtiennent enfin le diplôme tant attendu, un nouveau projet se dresse devant eux : s’insérer sur le marché du travail en obtenant leur premier contrat. Il faut séduire les recruteurs et mettre en avant le cursus suivi et le diplôme obtenu. Bien que les métiers du numérique soient une opportunité pour décrocher plus rapidement et facilement un premier emploi que dans bien d’autres secteurs d’activité, il n’empêche que les étudiants ne peuvent pas se contenter de souligner le diplôme décroché, qu’il s’agisse d’un BTS ou d’un titre d’Expert Digital, un diplôme reconnu Bac +5.

Signer son premier contrat de travail représente une nouvelle étape pour ces étudiants Certains d’entre-eux n’ont connu que des stages au cours de leur parcours étudiant, alors que d’autres ont déjà un CV bien rempli lorsqu’ils ont choisi la voie de l’alternance, notamment dans le Digital. Dans tous les cas, ils doivent apprendre à décrypter les attentes et les exigences des DRH et des entreprises.

 

Identifier les attentes des entreprises pour optimiser la rédaction de son CV

Il n’existe pas de grille miracle pour lister les besoins des Ressources humaines d’une entreprise. En revanche, les futurs experts du Digital se doivent de bien distinguer les 3 attentes principales des recruteurs.

 

La recherche de compétences, le socle de la recherche d’emploi pour les étudiants

Il s’agit avant tout de répondre à un besoin spécifique exprimé par les entreprises. Cela se traduit à travers le diplôme bien naturellement. Par exemple, les recruteurs cherchant un expert du Webmarketing s’appuieront sur les compétences acquises pour l’obtention du diplôme, qu’il s’agisse de la maitrise des techniques de référencement mais aussi de la capacité à utiliser les méthodes agiles (Scrum Master, …). Ces compétences techniques doivent être valorisées sur le CV, et les diplômes obtenus concentrent une grande partie de celles-ci, bien qu’il ne faille pas négliger pour autant l’expérience acquise au cours de ses stages et/ou de ses études par alternance.

 

La mise en avant des Softs Skills, quand les compétences comportementales peuvent optimiser la rédaction de CV

On souligne depuis longtemps l’importance croissante de ces Softs Skills aux yeux des recruteurs. Il s’agit de compétences personnelles, le plus souvent comportementales, qui peuvent favoriser l’intégration du candidat en entreprise. Un engagement profond dans le domaine du développement durable et / ou de la protection environnementale du candidat pourra séduire un recruteur ambitieux de renforcer une stratégie RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) / QVT (Qualité de vie au Travail). Ces compétences comportementales se doivent donc d’être adaptées à l’emploi recherché, amenant l’étudiant à personnaliser son Curriculum Vitae.

 

Les savoir-faire transversaux et/ou transférables, des qualités pour renforcer l’avenir professionnel du candidat

 

Enfin, certaines compétences du candidat peuvent elles-aussi attirer l’intérêt des entreprises. Un Webdesigner, justifiant d’une capacité à diriger une équipe, pourra être promis à un avenir de chef de projet. La rigueur et l’organisation d’un expert du développement Web pourra le conduire à évoluer vers un poste d’encadrement (DSI, …). Il s’agit à ce stade d’identifier les atouts de chaque candidature en ce qui concerne les évolutions de carrière possible. L’étudiant devra donc bien penser à les mettre en avant, en commençant par les identifier.

 

C’est donc en prenant soin d’optimiser chacun de ces aspects du recrutement, que le candidat pourra améliorer ses chances d’être sélectionné pour poursuivre le processus de recrutement. Cela n’implique pas une personnalisation de son CV à chaque candidature, mais bien d’avoir pris le temps, au préalable, d’identifier précisément chacun des points à mettre en avant. C’est d’autant plus important, que 95 % des grandes entreprises et 50 % des PME se basent sur des algorithmes pour effectuer un premier tri des CV, et que cette automatisation de la sélection repose sur ces mêmes critères.